Pourquoi (et comment) le végétalisme ?

Le végétalisme, ou l’histoire de ma vie. Le jour où je suis devenue végane est le jour où je me suis rendue compte que mon mode de vie actuel n’était plus en adéquation avec ma façon de penser, ce en quoi je crois ; et je pense que le plus important dans la vie est l’honnêteté, envers soi-même aussi, oui.

Ça fait depuis la mi-décembre 2015 que je n’ai plus mangé de viande. Pour ce qui est du fromage, je n’en ai plus mangé depuis la fin des fêtes de fin d’année 2015. Et aujourd’hui, aussi fou que ça puisse paraître à l’Alsacienne que je suis, rien ne me manque.

Devenir végétalienne*, ce n’est pas quelque chose qui arrive d’un seul coup, il y a une phase plus ou moins longue de transition. Faite de questionnements, de remise(s) en cause de soi-même, de tout notre mode de vie actuel ; en passant par l’alimentation, les sentiments qu’on peut ressentir tels que la compassion ou la non-violence, notre style de vie, nos achats vestimentaires.

Devenir vegan**, c’est changer énormément, mais après coup, on se rend compte que ce n’était pas si insurmontable, il suffit d’avoir ce déclic, de se rendre compte que notre mode de vie n’est plus en adéquation avec notre façon de penser. Surtout, je pense qu’aujourd’hui il n’y a plus aucune raison valable pour agir mal, utiliser d’autres êtres vivants (doués de sensibilité !) afin de satisfaire uniquement son propre intérêt.

Au début, on est confronté à notre dissonance cognitive, on a en tête tous nos souvenirs (d’enfance) et on se rend compte que tous ceux-ci auraient été bien différents si véganisme il y avait eu à l’époque. On voit principalement tout ce que l’on ne peut/veut plus faire (principalement à cause de notre entourage non-vegan et de nos mauvaises habitudes) maintenant que l’on est face à cette (nouvelle) réalité, mais petit à petit, on (re-)découvre de nouveaux aliments, de nouvelles recettes et cuisiner de nouveaux plats devient un véritable jeu. De plus, il est très gratifiant de savoir que le repas que nous avons confectionné n’a nécessité aucune souffrance (animale), qu’il est sain et durable.

J’ai principalement basculé dans le végétalisme grâce à un exposé que j’avais choisi de préparer pour un oral d’anglais (commencé en septembre 2015). J’avais décidé de travailler sur le véganisme, parce que c’était un concept qui me plaisait beaucoup, m’attirait et m’intéressait, sans trop le connaître. Au fil de l’avancée de mes recherches sur le sujet, je me demandais pourquoi est-ce que moi je vivais ainsi (petite précision : je n’étais pas pour autant un monstre ; depuis ma plus tendre enfance, mes parents m’ont fait découvrir les belles choses de la vie, la bonne nourriture & gastronomie française/alsacienne/vosgienne, les petits producteurs, le respect de la nature, tout ça, tout ça …), alors que mon mode de vie était totalement contradictoire à ce en quoi je crois depuis toujours. Et j’avais de plus en plus de mal à comprendre comment il est possible de vivre ainsi, d’ingérer de la chair animale provenant d’un cadavre, d’un animal qui a vécu une vie entière d’esclavagisme et qui est sans doute mort prématurément, dans d’atroces souffrances (pour la plupart, et oui !).

Je suis convaincue que tout le monde est voué à un jour affronter sa dissonance cognitive et vivre son déclic face au véganisme. Aujourd’hui, avec les moyens d’information dont nous disposons et la facilité d’accès à ces informations, personne n’a d’excuse pour affirmer qu’il serait trop difficile ou compliqué de passer d’omnivore-non-cruelty-free à végane. Mais chacun doit avancer à son rythme, sans être forcé, ou son mode de vie habituel reviendra au galop, et tout sera à refaire.

Petits conseils pour les apprentis-vegan :

  • Renseignez-vous, prenez connaissance de ce qu’il se passe pour votre « nourriture » avant qu’elle n’ait atterrit dans votre assiette ; une des manières les plus frappantes consiste à regarder des images, réelles, de ce qui est trop mis de côté et qu’on nous cache.
  • Souvenez-vous que derrière « Local » ou « Biologique » il y a tout de même toujours Élevage, Planification, Souffrance et Mort.
  • Commencez par éliminer tous les produits animaux qui sont présents dans votre frigo : jetez-les dans la nature (pas dans un parterre de fleurs tout de même, on s’entend bien ; mais dans la « vraie » nature …) pour les animaux sauvages, donnez la viande à votre animal de compagnie, donnez tout à une association, à vos voisins carnistes …
  • Surtout, ne refusez pas de vous débarrasser de toute cette « nourriture » ou de cosmétiques sous prétexte de gaspillage, votre corps n’est pas un cimetière ni une poubelle ! Pour ne pas jeter inconsciemment, vous pouvez toujours donner ce que vous ne voulez plus consommer à d’autres personnes n’ayant pas encore vécu leur déclic.
  • Allez consulter ces sites : l’association végétarienne de France, vegan France, des recettes végétariennes & végétaliennes, vegan et en pleine santé , des actualités veggieRaw until 4 , pourquoi le véganisme

J’en suis venue à la conclusion qu’il ne peut y avoir que de l’énergie négative qui est transmise au travers d’un mode d’alimentation et de vie non-végane. Étant une personne à la recherche constante du bonheur et de joies éphémères (n’omettons pas que les souvenirs sont impérissables), il ne m’était plus possible de continuer ainsi. Il a fallu que je change et ça ne m’a pas vraiment demandé d’efforts, puisque je voulais absolument améliorer mon mode de vie. Le plus difficile est de constamment avoir à expliquer son point de vue à ses proches, à sa famille (je sais à quel point les habitudes ont la vie dure !) ; de leur expliquer pourquoi est-on persuadé que ce n’est pas la bonne manière de vivre, que pour nous ce n’est pas ça la vie. Et croyez-moi, faire comprendre à des personnes qui vous aiment et ont toujours voulu votre bonheur et bien-être qu’elles n’agissaient pas correctement en terme d’alimentation (au moins cet aspect-là), ça fait mal et c’est difficile à accepter.

Note : être végane n’est pas une excuse à tout ; certaines personnes peuvent l’être et pour autant n’avoir aucune notion en terme d’alimentation, de bien-être personnel ou bien de santé humaine. Le véganisme n’exclut pas la stupidité et il est important de le souligner. Il n’est jamais possible de mettre les gens dans des cases simplement parce qu’on leur mettrait la même étiquette sur le front.


Pour ce qui est de la question du cuir, je suis clairement contre le fait d’élever (ou capturer) des animaux afin de leur arracher violemment la peau alors qu’ils sont encore vivants, juste pour notre bon plaisir de porter une peau qui n’est pas la notre. Malgré cela, je tiens à préciser que je ne suis pas une personne extrémiste au point de jeter tous les objets que je possède qui sont faits en cuir ; cela serait contradictoire avec ma manière de penser. En effet, ce que j’ai déjà acquis est là, est à moi et le jeter serait un geste débile et inutile. On peut tout à fait porter du cuir, sans en être fier, mais juste le porter parce qu’on l’a un jour acquis et que l’on refuse de jeter un objet de valeur (ou de famille, sentimental …), qui est à nous.
De plus, pour les addictifs du cuir, il existe aujourd’hui de nombreuses matières alternatives, qui sont en train de se développer ! Ces « cuirs » sans cruauté animale vont imiter la texture ainsi que l’allure du matériau que nous connaissons (trop) bien :

  • cuir de fibres de feuilles d’ananas : Pinatex
  • cuir de liège : Bleed
  • cuir d’eucalyptus : Noani
  • cuir de champignon : Muskin
  • cuir de thé fermenté : Kombucha
  • cuir de bois divers et coton : Nat-2

Voici d’ailleurs quelques marques que j’ai retenues (pas encore testées) :

Je suis intimement persuadée que chacun de nous, chaque être vivant (sentient) se trouve sur Terre pour une raison précise et quand bien même on n’arriverait (ne voudrait ?) pas à la trouver, je pense qu’il est fondamental de respecter notre environnement, ce grâce à quoi nous sommes en vie, ici. Il m’est inconcevable de partir un jour d’ici sans avoir tout tenté pour préserver ce que j’aime, ce en quoi je crois et qui m’anime.

Aujourd’hui, je me rends compte qu’il serait impossible pour moi de revenir en arrière, d’effacer ce que j’ai déjà vécu. Mais c’est très bien comme ça et je ne voudrais pas m’enlever mes souvenirs et expériences, au contraire, cela m’aide à garder mon cap, à savoir de quoi je parle quand aujourd’hui je prêche véganisme autour de moi ! Surtout que depuis la métamorphose de mon mode de vie, je ne peux constater que du bénéfique :

  • ma peau s’est clairement améliorée : le visage est plus éclatant
  • je ne suis pas encore tombée malade ; même pas un rhume l’hiver !
  • mes cheveux sont d’avantage lumineux, forts, poussent très facilement et sont moins cassants
  • mes ongles sont plus beaux, plus solides et poussent relativement vite
  • ma digestion est facilitée et améliorée
  • je me sens pleine d’énergie et je récupère plus vite
  • je me concentre d’avantage sur ce que je vis, le monde qui m’entoure
  • ma manière d’agir est en phase avec ce en quoi je crois
  • je sais que je ne contribue pas au massacre de notre planète par ma consommation, bien au contraire, je la préserve 🌍

 


* : Végétalien : personne qui exclut de son alimentation tout produit d’origine animale (viande, poisson (qui est en réalité de la viande), oeuf, produits laitiers …)

** : Vegan : personne qui exclut de son alimentation tout produit d’origine animale et adopte un mode de vie respectueux des animaux

 


Afin de ne rater aucun article à suivre, n’hésitez pas à cliquer sur le petit bouton bleu « Suivre » en bas à droite de votre écran !

Si ce post vous a plu, vous pouvez me laisser un petit commentaire ci-dessous et même me laisser un « J’aime », si le cœur vous en dit !

Merci et à tout bientôt,
Véganement, Zoé

 

2 réflexions au sujet de « Pourquoi (et comment) le végétalisme ? »

  1. Très chouette ton article, j’aime beaucoup tes conseils et ta façon de penser 🙂
    Et merci pour le lien, ravie que cette interview t’ai plue ! ❤

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s